Le Conseil des ministres s’est tenu, ce mercredi 22 avril 2020, sous la présidence du chef de l’État, Roch Marc Christian Kaboré.

Le ministre de la Communication et des relations avec le Parlement, porte-parole du gouvernement, Rémis Fulgance Dandjinou, a rencontré les hommes de médias dans la salle de conférence du Service d’information du gouvernement (SIG) pour leur livrer la quintessence de la rencontre.

Selon le porte-parole du gouvernement, la gestion du COVID-19, la création de l’Agence judiciaire de l’État (AJE) et celle du Conseil national d’orientation du régime d’assurance maladie universelle ont été les principales questions à l’ordre du jour.

Sur le COVID-19, il a été question du point de la situation de la maladie à ce jour et des instructions ont été données, selon Rémis Dandjinou, dans le sens de la poursuite des efforts de lutte contre la pandémie. Un Conseil national, dit-il, se tiendra en fin de semaine pour une évaluation de la maladie et pour des orientations, tant sur le plan sanitaire que sur les mesures de restriction en lien avec la maladie.

Concernant l’Agence judiciaire de l’État (AJE), le porte-parole du gouvernement a indiqué que le Conseil des ministres a adopté un décret d’application relatif à l’AJE dont la loi a été votée le 23 avril 2019 par l’Assemblée nationale.

Pour ce qui est du Conseil national d’orientation du régime d’assurance maladie universelle, il a précisé qu’il est placé sous l’autorité du Premier ministre et a pour attributions de donner les grandes orientations de la mise en oeuvre dudit régime.

En ce qui concerne les personnes déplacées internes, Rémis Dandjinou a indiqué que suite à l’orage du 19 avril dernier, 1141 d’entre elles ont été touchées et des réponses ont été apportées par le département en charge de l’Action humanitaire.

Sur la question des incidents survenues dans la commune de Loropéni, le porte-parole du gouvernement a indiqué que le conseil a appelé tous les acteurs à œuvrer pour un retour à une situation d’accalmie. Le conseil a félicite l’ensemble des acteurs qui ont contribué au retour au calme et a invité les populations à travailler à la pérennisation du vivre-ensemble qui a toujours existé au Burkina Faso.

Abordant la question liée à l’énergie, le ministre Dandjinou a relevé que « pour la première fois, depuis 10 ans, nous avons pu équilibrer l’offre et la demande en matière d’énergie au Burkina Faso ».

Sur la mise en œuvre de la mesure concernant le port obligatoire des cache-nez ou des masques, à partir du 27 avril 2020 au Burkina Faso, le ministre porte-parole a souligné que le gouvernement ne distribuera pas gracieusement les cache-nez aux populations. Chaque burkinabè devra s’en procurer. Et de noter que « pour ce qui concerne les couches vulnérables, notamment les élèves, on verra comment leur octroyer. Les prix des cache-nez ne dépasseront pas 300 FCFA ».

DCPM/Ministère de la Communication
et des relations avec le Parlement